le blason Vendéen

Cyrille Girard Généalogiste

02 51 52 83 23 - 06 12 59 47 64
le blason Vendéen


nouveauDeux actes pour un seul décès !

Le décès de Marie Anne Dufraisse a été déclaré dans deux mairies différentes à 24 heures d'intervalle. Est-on bien sûr qu'il s'agisse de la même personne ? J'en suis intimement persuadé, comme je l'explique ici.

Les Remaud viennent du bocage

Mon arrière-grand-mère Claire Remaud disait toujours que les Remaud, ses ancêtres, venaient du bocage. Elle habitait au Langon, entre plaine et marais poitevin, dans le sud Vendée (là où j'habite également). Mais le bocage, c'est vaste : il occupe au bas mot les deux-tiers du département ! Alors, comment retrouver le lieu d'origine de mon ancêtre Louis Remaud et de ses parents ? Voici comment j'ai résolu cette petite énigme...

Les mentions marginales en généalogie

Parfois, l'absence de mention d'un mariage ou d'un décès en marge de l'acte de naissance d'un individu peut donner une indication sur sa date de mariage ou de décès... à condition toutefois qu'il ne s'agisse pas d'un oubli. Néanmoins, il est toujours utile de garder en tête les dates d'apparition des différents mentions marginales, c'est pourquoi j'ai fait la liste de toutes ces mentions ici.

Calendrier républicain, moyen mnémotechnique

Mis en place par un décret du 4 frimaire an II (24 novembre 1793) et débutant rétroactivement le 22 septembre 1792, le calendrier républicain est utilisé dans l'état civil français jusqu'à la fin de l'année 1806. Le problème, c'est qu'il est difficile de s'y retrouver concernant l'ordre des mois qui composent ce calendrier. J'ai donc mis au point un petit moyen mnémotechnique pour se le rappeler.

Eugène Auger, prisonnier de guerre

Mobilisé le 4 août 1914 au sein du 84e Régiment d'Infanterie Territoriale, un régiment formé de vétérans vendéens, mon trisaïeul Jean Auguste Eugène Auger a été fait prisonnier dès le 24 août 1914 lors de la méconnue bataille de Tournai. Pour en savoir plus sur cette bataille et sur le statut de prisonnier d'Eugène, rendez-vous ici.

Quand le curé observe une comète

À Lairoux (Vendée), le curé agrémentait ses registres de chroniques. Il parle aussi bien de la pluie et du beau temps que de maladies et de leurs remèdes, ou encore d'événements climatiques. Et parmi toutes ces chroniques, il relate l'observation d'une comète le 17 avril 1766. Cette comète a-t-elle été observée par ailleurs ? Est-elle répertoriée ? Pour le savoir, c'est par ici.

Impudique et scandaleux

La famille de VERTEUIL, noble famille originaire de Guyenne, s'est installée au Langon, en Vendée, dans le courant du XVIIe siècle. Plusieurs descendants de cette famille ont eu des enfants illégitimes, ce qui n'a pas toujours eu l'heur de plaire au curé de la paroisse... qui se lâche sur l'un des actes de baptêmes.

De l'utilité des déclarations de succession

Créés en 1791, la déclaration de succession et l'acte de mutation après décès peuvent fournir des informations précieuses sur un défunt. Outre l'estimation de son patrimoine, ils donnent également la liste exhaustive de ses héritiers, donc de ses enfants vivants et de ceux dits représentés, c'est-à-dire ceux décédés ayant laissé une postérité.
À travers l'exemple de Pierre MOREAU, décédé le 1er juin 1816, nous allons voir ici que la déclaration de succession permet également de lever le doute sur l'identité d'un défunt.

Quand le curé se trompe de nom...

Le 22 mars 1786, le curé du Langon (Vendée) rédigeait l'acte de sépulture de Jeanne Dubé, épouse de François Fleurisson. Recherchant la date de décès de Jeanne Amiaud, épouse de François Fleurisson, j'aurais pu passer à côté de cet acte... Mais, après avoir réduit la fourchette de dates, j'ai décidé de lire tous les actes de sépulture dans cette fourchette, et un faisceau d'indices m'a permis de déterminer avec certitude qu'il s'agissait bien de l'acte de sépulture de Jeanne Amiaud, et que le curé s'était trompé dans le nom !

Père et fils, deux guerres, deux destins

Mon grand-père Léon a été réquisitionné pendant la Seconde Guerre Mondiale au titre du Service du Travail Obligatoire, le fameux S.T.O. De cette période, je ne sais rien, mon grand-père n'en ayant jamais parlé, mais j'ai quand même pu retrouver sa carte de rapatrié ainsi qu'une carte d'identité datant de cette époque.
De même, son père Georges (ou plutôt Alfred de son prénom usuel) était engagé pendant la Première Guerre Mondiale. Si sa correspondance avec sa famille est actuellement aux Archives Départementales de la Vendée, en attente de numérisation, j'ai retrouvé sa carte du combattant, ainsi que sa croix de guerre.
Et tous ces documents, c'est par ici.

Probabilités et généalogie

Vous êtes-vous déjà demandé quelle était la probabilité que survienne un événement qui vous paraît peu probable ? J'ai lu récemment la question suivante : Avez-vous un ancêtre mort le jour de son anniversaire ? et cela m'a amené à me poser une autre question : Quelle est la probabilité d'avoir un ancêtre mort le jour de son anniversaire ? Si vous voulez connaître la réponse à cette question, il vous suffit de cliquer ici.

Antoine, trouvé dans un Jardin

Retrouvez ici l'acte de naissance de mon ancêtre Antoine Jardin, trouvé dans un jardin à Fontaines (Vendée) le 1er février 1811, et sa transcription. On appréciera la précision de la description, grâce à laquelle on peut aisément imaginer la scène de la découverte de l'enfant.

Un enfant né sans patronyme

Mon ancêtre Jacques André est né à Pissotte (Vendée) le 29 ventôse an X, de père inconnu. Sur son acte de naissance, aucun patronyme ne lui est attribué, seuls ses deux prénoms sont portés en marge de l'acte, ainsi que sur la table des naissances à la fin du registre de l'an X. Il est cependant étrange que le patronyme retenu plus tard (c'est sur son acte de mariage qu'il apparaît pour la première fois) soit son premier prénom, Jacques, et non le deuxième, André, voire le nom de sa mère.

Un acte de "remariage"

Cet acte exceptionnel consigné dans son registre par le curé de Rugny (Yonne) le 14 avril 1788 ne célèbre pas réellement un remariage, mais l'extraordinaire longévité d'un couple à une époque où l'espérance de vie était peu élevée. Cette cérémonie est célébrée plus de 61 ans après le mariage de ce couple.